LE CRII du CAYOC, Bassin d’Arcachon - Information, actualité, pollution, kayok, protection, environnement Arcachon, Cap Ferret, Andernos, Gujan, La Teste

 - PAYS DE BUCH
 - BASSIN D'ARCACHON
PORTAIL RÉGIONAL
Criis du Cayoc
Tous les criis

Les 150 ans d'Arcachon

samedi 10 mars 2007

annivArc002.jpg 
Batistin

En 25 ans de métier, il avoue « n'avoir jamais vu ça ». Et pourtant, Daniel Charpentier en a vu d'autres. En 2003, il règle la soirée de clôture du championnat du monde d'athlétisme après avoir, à Bamako, au Mali, organisé la cérémonie d'ouverture de la coupe d'Afrique des nations de football. En 2004, il conçoit et met en scène la cérémonie internationale du 60eme anniversaire du débarquement de Normandie et de la libération de la France. En décembre de la même année, il réalise le spectacle d'ouverture de la 17eme Arabian gulf cup à Doha au Qatar. En 2005, il met en scène l'anniversaire de Moscou. 2006 et surtout 2007 devait être l'année d'Arcachon avec la conception du 150e anniversaire de la ville. Sauf que la semaine dernière, cette dernière a tout annulé. « Sans plus d'explication » stipule Daniel Charpentier, joint hier par téléphone.


En projet depuis six mois. « J'ai été contacté par Arcachon Expansion en juillet 2006 » poursuit-il. « Jusqu'en novembre, j'ai travaillé sur le projet et fait une série de propositions d'événements sur l'année dont un grand spectacle en mai. La proposition a été débattue et début janvier on m'a signifié qu'elle était retenue. » Cette proposition, Daniel Charpentier la décrit comme une « mise en scène de la population et des associations arcachonnaises réunissant sur scène, tous les talents, choristes, comédiens, chanteurs, soit près de 160 personnes, pour un spectacle racontant l'histoire d'une ville. »

« Nous avons beaucoup travaillé et beaucoup rencontré. Nous avons passé une cinquantaine de journées de travail à Arcachon, organisé une soixantaine de réunions... Et puis mardi dernier je reçois un coup de fil qui me dit que tout est terminé. Depuis lors, plus de nouvelles. »


Quelle suite ? Contacté hier, la direction d'Arcachon Expansion n'a souhaité faire aucun commentaire. Ni sur les raisons de son désengagement, ni sur la suite des festivités. Un silence que Daniel Charpentier trouve assourdissant. « Notre déception est grande. J'ai le sentiment d'un grand gâchis... En fait, je trouve ça lamentable. » Et le scénographe de préciser que son équipe avait bloqué tout autre forme de travail jusqu'au mois de mai pour se consacrer au projet arcachonnais. Cette mobilisation pourrait avoir un impact financier. D'ailleurs, les finances apparaissent en filigrane comme un élément d'explication. « On nous a demandé de tenir un budget » lâche Daniel Charpentier. Quelle sera la suite à donner à cet épisode ? Comment la ville orchestrera-t-elle son 150e anniversaire ? Hier les questions restaient sans réponse.

Source : SudOuest.com Sabine Menet


Réagir à cet article

Nom :

Ville :
Ecrire le résultat de 3 + 3 =


 Que Monsieur Daniel Charpentier continue à s'intéresser à l'Afrique, à Moscou et au sport ! Sans plus de commentaires désagréables ...
 
Reivax

 Ne Jamais oublier que Source: SudOuest, n'est pas un gage de vérité, loin de là.
 
Mr Pirelon

 Mr Daniel Charpentier oublie de nous préciser qu'une enveloppe budgètaire lui avait été allouée et qu'il a été incapable de s'y tenir.Qui connait les artistes, personnes irresponsables habitués à travailler avec de l'argent qu'ils n'ont pas gagnée eux même, comprendra facilement qu'à un moment il faut bien mettre une limite au délire de ses gens là.Notre commune, bien gérée, n'est pas une républiques bananières, elle ne peut se permettre de tels débordements.
 
Le Bigorneau vengeur

 Je trouve cela indécent de laisser dire par un bigorneau frileux de donner son nom de ville, préférant son nom de "scène", que les artistes sont des : "personnes irresponsables habitués(ées - n'oublions pas l'orthographe!) à travailler avec de l'argent qu'ils n'ont pas gagnée eux même". Quelle honte et quelle étroitesse d'esprit à ce sujet... alors que notre bigorneau national est peut-être le 1er à passer les portes de l'Olympia pour se divertir. Alors M. Bigorneau, imaginez une seconde une ville sans arts ni festivités, parce que les artistes en auront marre de travailler gratuitement - et c'est malheureusement de plus en plus le cas car il n'y a plus de subventions - et votre ville ressemblera très rapidement à une triste usine désaffectée. Mais d'autres ont sans doute compris cela avant vous!
 
Mme Vatel arcachon

ALERTE EMAIL recevez en priorité les nouveaux criis
Partager sur Google+ Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email