LE CRII du CAYOC, Bassin d’Arcachon - Information, actualité, pollution, kayok, protection, environnement Arcachon, Cap Ferret, Andernos, Gujan, La Teste

 - PAYS DE BUCH
 - BASSIN D'ARCACHON
PORTAIL RÉGIONAL
Criis du Cayoc
Tous les criis

Réensablement des plages. DANGER environnemental !

mardi 13 mars 2007

Lettre à Monsieur Sammarcelli, Président du SIBA...

sable1.jpg

Monsieur le Président,

Notre association observe, année après année, le réensablement des plages du Sud-Bassin d’Arcachon. Nous avons parfaitement conscience du rôle que ce dispositif exerce quant au tourisme, ainsi qu’au maintien du trait de côte et des maisons riveraines. Toutefois, nous constatons que ces travaux répétés prennent, au fil du temps, de plus en plus d’ampleur, allant, à Pyla-sur-Mer, jusqu’au moins 300 000 m3 en seulement deux ans.

Ces pratiques sont également accompagnées de conséquences et de questionnements divers :

- le premier effet indéniable est le recouvrement, sur plusieurs centaines de mètres -et particulièrement de Pyla-sur-Mer au Moulleau- de la bordure argileuse constituant la limite du chenal. Cette frange argileuse, riche de cavités de toutes tailles, constituait une extraordinaire niche écologique, accueillant crevettes, crabes, poissons, mollusques, etc. L’ensablement de cet irremplaçable espace a pour conséquence un dramatique et redoutable appauvrissement de la faune marine, que ne pourrait compenser pleinement aucune installation artificielle.

D’autres questions se posent quant à la migration des sables. Après leur dragage et leur dépôt sur les plages, ils sont inévitablement déplacés sous l’effet des marées ; quel est leur rôle dans l’ensablement constaté des herbiers sous-marins et des concessions ostréicoles ? Quelles conséquences ont-ils, à terme, sur l’hydraulique du Bassin d’Arcachon ?

Enfin, dans certains cas, on doit s’interroger sur la justification du réengraissement sableux. Dans le cas précis des travaux arcachonnais, depuis Eyrac jusqu’au petit port de plaisance, il ne s’agit pas de permettre le simple maintien d’une plage existante mais de compenser, en la conquérant sur la mer, la surface occupée par une infrastructure cyclable qui empiétera sur la plage. De telles questions et les graves conséquences écologiques constatées appellent une urgente remise en cause du réensablement massif mené jusqu’à présent.

Aussi souhaitons-nous que le SIBA ré-examine, de façon approfondie, l’ensemble des conséquences induites par le réensablement et détermine, en concertation avec les associations de riverains, les associations de protection de l’Environnement et les socioprofessionnels, des solutions plus modérées et moins destructrices.

En vous remerciant de votre attention, nous vous prions, Monsieur le Président, d’agréer l’expression de nos sincères salutations.

Pour Bassin d’Arcachon Ecologie, la présidente, Françoise Branger.

Copie  : Monsieur Foulon, Maire d’Arcachon / Monsieur Acot-Mirande, Maire de La Teste de Buch / Monsieur de Directeur de l’Environnement –DIREN Aquitaine


Réagir à cet article

Nom :

Ville :
Ecrire le résultat de 1 + 1 =


 Est ce tout simplement légal ce qu'ILS font, exploiter le sable situé en domaine maritime pour une domaine publique? et ceci qu'il y ait d'avis sur les experts sur l'environnement...
 
chauley

 Le Bassin d'Arcachon appartient à la commune de La Teste de Buch. La commune riveraine d'Arcachon a un "territoire" concédé bien délimité (plan à la demande). Celle de La Teste de Buch peut déplacer le sable de son terrain (vers la côte du Pilat par exemple) sans problème. Quant aux conséquences "écologiques", laissez-moi rigoler !
 
X

 Bonjour, et comment la " faune marine " peut-elle resister à un tel nettoyage ?
 
Joan La teste

 C'est vrai qu'il n'y a plus aucune faune marine sur ou au bord des plages, à part la "faune" humaine en été ... Plus un coquillage, plus une crevette, plus un crabe, RIEN ! Un désert. Mais les touristes veulent de l'espace et ne plus marcher sur du varech ni se faire piquer le pied par une vive. Alors ...
 
Xavier Hessel Arcachon

 C'est bien dommage de faire du mal à la faune et la flore maritime. Je vais cette été au bassin avec mes enfants, et ce que l'on souhaite trouver n'est pas une plage de sable blanc, mais une nature préservée ou l'on peut observer toute sa richesse.
 
Frédéric Genève

 il suffit de demander au SIBA, non? il doit avoir des études d'impacts de ces travaux.
 
Igor Gujan

 Vous posez beaucoup de question mais en ce qui concerne les réponses elles sont inexistantes, il y des hypothèses mais pas de solution.
 
rené gujan

ALERTE EMAIL recevez en priorité les nouveaux criis
Partager sur Google+ Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email