LE CRII du CAYOC, Bassin d’Arcachon - Information, actualité, pollution, kayok, protection, environnement Arcachon, Cap Ferret, Andernos, Gujan, La Teste

 - PAYS DE BUCH
 - BASSIN D'ARCACHON
PORTAIL RÉGIONAL
Criis du Cayoc
Tous les criis

MORT DES ZOSTERES : les causes

jeudi 7 juillet 2016

État dramatique des herbiers de zostères, l’écosystème du Bassin en détresse ..

L’heure est grave, les études se succèdent pour enfin déterminer les causes de la disparition des herbiers et toujours aucune validation scientifique, il s'agit pourtant d'un véritable drame pour le Bassin, une lente agonie. Sans herbiers, plus de vie.

L'objectif : Trouver les causes, très certainement polluantes, puis les combattre s'il n'est pas trop tard et informer la population.

Rappelez-vous, les récents préfets et sous-préfets de l'Etat, Alain Géhin en 2004, Philippe Ramon en 2008, Pascal Gauci en 2009 avaient prévenus nos élus : “maîtrisez votre urbanisation et votre environnement ou vous mettrez à mal le Bassin”.

P.RANSINAN.

LES ZOSTERES, ce qu’en dit l’IFREMER

Les herbiers de zostères présentent un fort intérêt écologique, patrimonial et économique, en constituant des écosystèmes remarquables. Ces herbiers abritent une biodiversité importante, et jouent un rôle majeur dans la reproduction et l'alimentation d'un grand nombre d'espèces (poissons, crustacés, oiseaux) dont certaines (avifaune migratrice) bénéficient d'un statut de protection. Les herbiers contribuent en outre à la stabilisation du substrat en piégeant les particules sédimentaires par la réduction des contraintes d'érosion. Les parties endogées (réseaux de rhizomes et de racines) modifient de plus les propriétés biogéochimiques des sédiments colonisés.

Dans quelques mois, après 3 années d’études, l’IFREMER rendra publique les résultats de ses recherches sur les causes de la disparition des herbiers de zostères dans le Bassin d’Arcachon.

JUIN 2016, l'IFREMER ne trouve rien, voyez ci-dessous l'état de notre Bassin, je leur conseille de se pencher là dessus : http://bassindarcachon.com/crii_du_kayok.aspx?id=92

vase2.jpg
herbiers de zostères naines en bonne santé, au centre du Bassin


Disparition totale des herbiers sur la presque totalité du nord bassin, ici devant Taussat, juin 2016


Notez la couleur de l'eau, sans herbiers pour les fixer, les vases se mélangent aux eaux, plus de vie, plus de baignade

Tous les secteurs situés dans la partie sud-est de  la lagune présentent une forte régression.
Cinquante à soixante dix pour cent de la surface occupée en 1989 par de l’herbier à petite zostère dense à moyennement dense a disparu ou a été remplacé par de l’herbier très peu dense mélangé à des zones de vases nues. Le phénomène de régression observé affecte surtout  les estrans côtiers (Gujan, Mestras, Le Teich, Audenge, Lanton, Andernos) limités, dans leur partie basse, par les chenaux et dans leur partie haute par le schorre.  L'herbier a disparu (remplacé par des vases nues) surtout dans ses parties basses, en bordure des chenaux. Sur la plupart de ces secteurs, la limite supérieure de l’herbier est restée stable et très proche de la côte mais son taux de recouvrement a diminué.

zosteres_bassin_arcachon.jpg
 

Deux zones principales présentent un taux de régression très élevé. La première, très étendue, concerne la zone orientale au sud est du Bassin d’Arcachon. Les taux de réduction de la surface en herbier oscillent entre 93% et 100%. La seconde zone se situe à l’extrémité nord de la lagune, au débouché du "canal des Etangs". On peut dire qu'aujourd’hui  les herbiers de  Zostera marina ont totalement disparu de ces deux secteurs.
Tout le linéaire de la côte nord-ouest, depuis les Jacquets jusqu’au Cap-Ferret, est affecté par une assez forte régression (66 %) des surfaces colonisées par les grandes zostères. Toutefois, on peut considérer que les pertes maximales concernent surtout la partie nord du secteur qui se situe entre Piquey et Arès.

ALERTE : Les herbiers de zostères représentent un compartiment écologique fondamental au sein de l'écosystème lagunaire du Bassin d’Arcachon. La réduction de l’emprise surfacique de ce biotope a potentiellement des répercussions négatives d’un point de vue écologique (réduction de la biodiversité de la macrofaune invertébrée benthique et vagile, désaffection du milieu pour la reproduction de certaines espèces, Sepia officinalis par exemple), altération du rôle fondamental de nourricerie pour différentes espèces de poissons).

ESPOIR : si les causes de cette régression sont identifiées et peuvent être contrées, les herbiers de zostères du Bassin pourraient recouvrir leur superficie « optimale » observée par le passé. 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Sur les rivages du Bassin, on a peu de goémon (terme générique pour désigner les algues marines) mais surtout du varech (du normand vaarek "ce qui est rejeté sur la côte", c'est-à-dire la laisse de mer).
Et notre laisse de mer naturelle est à plus de 80 % composé de zostères (ne pas prononcer "zoostère", rien à voir avec le zoo.)
Ces zostères (Zostère marine et Zostère naine ou Noltii) sont des herbes et pas des algues. Ce sont des plantes à fleurs, qui perdent leurs feuilles annuellement. C'est pourquoi on en trouve (normalement) des monceaux en été sur les plages.
L’enlèvement quasi-systématique de la laisse de mer naturelle est récente (depuis que les communes se sont dotées de cribleuses pour tenter le capter les boulettes de pétroles qui ont suivi le naufrage des calamiteux Prestige (1999) et Erika (2002). 

Les plages du Bassin d’Arcachon sont une Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF), une Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO) et deux Sites Natura 2000 (Directive Habitats et Directive Oiseaux) ce qui illustre abondamment la valeur écologique du site.

La laisse de mer constitue un écosystème à part entière et, surtout, la base de chaînes alimentaires pour la faune des plages (crustacés, oiseaux…) Elle revêt donc un très fort intérêt écologique. C’est grâce à elle que nous voyons, y compris sur les plages dites « urbaines », des aigrettes, gravelots,  courlis, tournepierres, bergeronnettes, bécasseaux et bien d’autres oiseaux.

C’est pour ces raisons que les zostères et autres éléments naturels, lorsqu’ils échouent sur les plages, constituent l’habitat Natura 2000 « Végétation annuelle des laissés de mer ». C’est aussi pourquoi l’Europe, le Conservatoire du Littoral, la Région, le Département, l’Observatoire régional de la côte Aquitaine, l’ONF, les gestionnaires d’espaces naturels littoraux regroupés dans l’association Rivages de France, la mission du Parc Naturel Marin et les associations de protection de la nature prescrivent tous la conservation de la laisse de mer.

De plus, la laisse de mer, en se mêlant au sable, le fixe. Elle est aussi l’engrais de la plage, indispensable à la végétalisation du sable. Elle tient ainsi un rôle crucial dans la lutte contre l’érosion côtière.  

Quant aux cribleuses, elles ramassent beaucoup de sable et, en le ratissant, permettent sa mobilisation par le vent, ce qui fragilise les plages. Ces engins lourds sont bruyants, effarouchent les oiseaux… et les promeneurs ; ils morcellent les vieux déchets de plastique.

Le retrait de la laisse de mer induit un considérable gaspillage d’argent public pour des travaux dont l’intérêt public est très contestable.

Auparavant, la laisse de mer demeurait ; les enfants l’incorporaient à leurs châteaux de sable, les adultes s’asseyaient sur les banquettes de varech mêlé de sable… A présent, le ramassage de la laisse de mer appauvrit l’écosystème et affaiblit la plage face à l’érosion.

La seule "valorisation" de la laisse de mer est dans le fonctionnement naturel, sur la plage même.

Quant aux macrodéchets (plastiques, verre…), le nettoyage manuel permet de les ôter tout en préservant les éléments naturels vitaux.

Françoise BRANGER - Association Bassin d'Arcachon Ecologie

Plus d'info : http://www.ifremer.fr/delar/zosteres_barc.htm

zosteres_bassin_arcachon_2.jpg

herbiers de zostères marines

Liens utiles :

http://www.phyvalbio.u-bordeaux1.fr/

http://lebetey.wordpress.com/2010/11/09/des-bernaches-et-des-hommes/

http://www.scaphpro.com/documents/Rapport_de_stage_herbiers.pdf

http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=695

http://www.rebent.org//medias/documents/www/contenu/documents/Hily_Rebent_Herbiers_2006.pdf

http://www.liteau.ecologie.gouv.fr/article.php?id_article=31


Réagir à cet article

Nom :

Ville :
Ecrire le résultat de 7 + 7 =


 Une alerte parmi tant d'autres ... On nous reproche d'etre trop alarmistes mais (espoir) il n'est pas encore trop tard pour ne plus l'être ... Il est urgent et important que les futurs élus prennent en compte les cris des citoyens, des assos pour coopérer avec eux sur des actions prenant en compte les crises actuelles : crise sociale (de plus en plus de pauvres), crisé économique (pas pour tous ;..), crise climatique et environnementale ! Cessons l'urbanisation pour l'urbanisation, priorité aux emplois locaux et soucions nous de l'héritage de nos enfants , un Bassin d'Arcachon qui aura retrouvé un équilibre avec des usages maitrisés, un environnement naturel remarquable retrouvé ... Ne fermons plus les yeux, ne vendons pas notre Bassin pour le rendre plus attractif (moins de béton et plus de tourisme vert) mais préservons notre patrimoine naturel et faisons que les locaux puissent y trouver un emploi et s'y loger sans impact sur la nature Les zosteres sont un bon indicateur de notre biodiversité et d'un retour à l'équilibre du Bassin Jean-Robert Bos Candidat Europe Ecologie - Les Verts et surtout ecocitoyen
 
Bos Andernos

 Pour un touriste de passage, le bassin est toujours aussi beau, car il ne voit que le côté superficiel des choses... En réalité il se gangrène comme une longue maladie à l'issue incertaine. Il est comme le monde qui poursuit sa fuite en avant, sachant qu'il tombera dans le gouffre qu'il entretient lui-même... J'ai composé de nombreux textes sur ce lieu que je vois se transformer au cours des décennies. Mon cœur se serre de toutes ces transformations qui feront de notre petite mer un cloaque nauséabond. Moi aussi je connais Isidore Plantey, mais qui peut écouter un homme aussi sensé que lui... Il a depuis longtemps tiré la sonnette d'alarme, mais en vain.
 
Veillon St Médard en Jalles

 Il semble que les herbiers soient également très sensibles au stress (voir le lien ci-dessus http://www.rebent.org//medias/documents/www/contenu/documents/Hily_Rebent_Herbiers_2006.pdf ) dans ce cas là se pose la question des dragages effectués par le SIBA et de la plaisance de masse
 
Duprat Andernos

 Les zostères qui disparaissent, les espaces verts qui disparaissent ( on pourrait faire une carte des espaces verts sur la frange littorale , elle aurait les mêmes couleurs..) les poissons qui disparaissent ( suffit de voir la chute drastique des apports à la criée d'Arcachon ) , mais les ferrailles qui poussent dans le sable!! Le bassin, milieu limité écologiquement sensible, se meurt sous la pression démographique ; ce ne sont pas les élucubrations d'I PLANTEY qui le sauveront . Il ne reste plus qu'à planter des zostères artificielles en plastique pour faire illusion...
 
ermitanio gujan

 Attention à ne pas encercler le bassin d'Arcachon d'une nouvelle menace avec ce projet de route de contournement (Biganos/Ares), imaginez bien que si elle se fait, elle sera bordée de constructions et d'autant de nuisances supplémentaires, tout ça pour gagner 10 mn de trajet !
 
lalanne Mios

 Pour moi la régression des zostères est due principalement au fait que le Bassin reçoit les eaux d'environ 5.000 km2 de bassin-versant qui nous apportent des produits chimiques de cultures. Si vous regardez la carte dans l'article, c'est net : L'Eyre, les multiples petits ruisseaux qui se jettent sur la rive Est, le canal des étangs au Nord et celui des Landes au Sud. Pas de régression à l'ouest, où il y a pourtant le plus d'habitants et de navigateurs. Mais les maïssiculteurs ne seront jamais accusés de pollution ! Ecolos, oui, mais sélectifs ... Et c'est toujours les mêmes qui sont accusés de pollution, l'urbanisation, les plaisanciers, jamais bien sûr les ostréiculteurs. Economie oblige. Alors le débat doit s'étendre à tout le bassin-versant. Les causes ne sont pas locales mais régionales.
 
Xavier Arcachon

 bonjour voici selon moi une des raisons majeures de la disparition du varech , jugez plutôt et calculez : il y a en gros 8 millions de tonnes de déchets enterrés dans nos décharges (anciennement a ciel ouvert) , elles produisent toujours des percolations nommées Lixiviat , alors à vos crayons, calculez le nombre de millions de litre (hautement toxiques) de ces produits ce sont infiltrés sous les vases par les résurgences et cela depuis en gros 1960, il ne faut pas ce leurrer , toutes les eaux souterraines vont soit a l'océan soit au bassin , mais on peut me dire le contraire isidore
 
isidore plantey ares

ALERTE EMAIL recevez en priorité les nouveaux criis
BOTTIN RÉGIONAL
HÔTELS, commerces, entreprises Bassin d'Arcachon et Val de l'Eyre.
LES BONS PLANS DU BASSIN
Grande braderie d'été 60% de réduction : Vente de mobiliers sous chapiteau de 20 à 60 % de réduction sur de très nombr...
PROMO SITES INTERNET 50% de réduction : 50 % de réduction sur les frais de fonctionnement de votre site internet pend...
Aide à la créat...se d'entreprise : Pronetworld, membre du réseau DG Consults propose un service de recherche de ...
Masque et tuba révolutionna... 29,9 € : Venez découvrir le masque Easybreath SUBEA, le premier masque facial au monde...
Téléassistance,...e, bricolage .. : Téléassistance, accompagnement en voiture, jardinage, bricolage ..
Voir toutes les offres
Partager sur Google+ Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email