LE CRII du CAYOC, Bassin d’Arcachon - Information, actualité, pollution, kayok, protection, environnement Arcachon, Cap Ferret, Andernos, Gujan, La Teste

 - PAYS DE BUCH
 - BASSIN D'ARCACHON
PORTAIL RÉGIONAL
Criis du Cayoc
Tous les criis

Port de plaisance d’Andernos. La raison l’emporte

vendredi 3 mai 2013

Nos ports de plaisance du Bassin ont besoin de réfection, d’équipements modernes et de procédés dépolluant pour le confort de tous et pour l'intérêt du Bassin. L’équipe municipale d’Andernos voulait, elle, aller un peu plus loin avec un projet d’agrandissement à 10 millions d’euros, un empiétement sur une des plus belle plage de la ville et une écluse pour retenir l’eau à marée basse. Très mauvaise idée.

Les anciens l’avaient prévu, les ports du Bassin ont un besoin vital d’une “chasse” naturelle pour éviter l’envasement. Cette  fonction est dévolue au petits ruisseaux qui se jettent dans la plupart des ports et il y en a effectivement un au port du Betey d’Andernos.


J’ai le souvenir, récent, d’un agrandissement de port, à Audenge. Enfant, comme beaucoup sur le  nord Bassin, j’ai appris à nager dans la piscine d’eau de mer juste en amont de ce port, c’est elle qui fait office de “chasse”, par ses lâchers réguliers.


A gauche du port ostréicole d’Audenge, un petit ruisseau, tenu par une écluse, assurait par son débit l’accès, à marée basse, à un incroyable domaine de terres marines, vaseuses certes mais d’une belle vase dense (les "mattes", bancs d'argile), bien saine et surtout remplie de coquillages, des palourdes et une quantité impressionnante de “claques”, les claques d’Audenge (Mye tronquée, Mya truncata). Beaucoup ont connus ces plaisirs, des locaux et des vacanciers de tout âge. Et puis, l’équipe municipale a voulu son petit port de plaisance, sacrifiant la “chasse” naturelle du petit ruisseaux. Cela a été fulgurant, en l’espace de 2 ou 3 ans, les esteys sableux qui permettaient de sillonner ces terres, ont été recouverts de plus d’1 mètre de vase fluide et molle, particulièrement dangereuse, je m’y suis fait très peur. Pour quelques places de bateaux, on a anéanti, pour toujours, un environnement naturel d’exception.


Comment des élus peuvent-ils encore prendre de tels risques ?! Cette fois ci la sagesse l’emporte mais ce n'est pas sans le courage de quelques-uns : saluons le bon sens du commissaire enquêteur, la mobilisation de nombreux opposant(e)s andernosien(ne)s et surtout celle de Clarisse Holik, la présidente de Betey Plage Préservée, qui s’est fort bien battu.


Adichatz, tenez bon la barre!

P.ransinan

ander_betey1.jpg
La plage, dont une partie, devait être sacrifiée

betey_port.jpg
A droite, le projet irréaliste


Réagir à cet article

Nom :

Ville :
Ecrire le résultat de 7 + 7 =


 bravo Clarisse! comme on le sait je suis un tres ancien. ça ne m'arrange pas , mais bon! et c'est vrai, Ami Patrick , il faut des chasse "naturelle" sinon c'est l'envasement ,( ah! ami Patrik les Claques! Audenge et st brice (avant et un peu apres guerre) était le paradis des pytorres, comment peut t'on avoir encore des élus si nuls , (ah le pognon!) au prochaines élection envoyez ce petit monde aux oubliettes de l'histoire ,c'est une victoire de plus sur la bêtise humaine. ensuite il faut excaver les décharges , qui comme on l'oublie hélas beaucoup trop, polluent gravement le bassin par ces nombreuses (milliers) resurgences. les lixiviat ont franchi le chenal, et la moitié de l'ile est en train de mourir, doucement et irréverssiblement, mais comme d'habitude on a le droit de dire le contraire. isidore plantey
 
isidore plantey 33740 ares

 en effet bravo Clarisse, Bravo à tous ! je suis moi aussi très nostalgique de mes jeunes escapades aux claques entre le port d'Audenge et la leyre. La préservation de notre bassin est primordiale.
 
Stéphane GARNUNG 33380 BIGANOS

ALERTE EMAIL recevez en priorité les nouveaux criis
Partager sur Google+ Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email