Léon DELAGRANGE

 - PAYS DE BUCH
 - BASSIN D'ARCACHON
PORTAIL RÉGIONAL
Histoires locales
Toutes les histoires locales
lundi 7 janvier 2008

Pour tout-un-chacun connaissant un peu l'histoire locale, "Hins" est la déformation de "finis", en latin "la fin" (par exemple Finistère = la fin de la terre). "Hins", la frontière (il y a 2.000 ans !) entre les Bituriges Vivisques (région bordelaise) et les Boïens (pays de Buch).

Mais revenons plus près de nous dans le temps, une centaine d'années (seulement ...).

L’aérodrome de Croix d’Hins (commune de Marcheprime) a été aménagé vers 1903 par la société de Louis Blériot et des frères Voisin. Il était situé à proximité immédiate (au sud) de la ligne de chemin de fer de Bordeaux à La-Teste-de-Buch (inaugurée en 1841) et de la route Bordeaux-Arcachon, parallèle à quelques centaines de mètres au nord.

Le 4 janvier 1910, pour son inauguration officielle, une grande fête est organisée. Comme invité de marque : Léon Delagrange, « le dandy volant », sculpteur de talent et aussi pionnier de l’aviation (brevet de pilote N° 3 attribué "par anticipation" le 7 octobre 1909). Son exploit le plus connu est d’avoir été le premier à emmener une femme à son bord (sa compagne Thérèse Peltier - Turin - 08.07.1909), après avoir été le premier à emporter un passager, et pas le moindre, son ami et rival Henri Farman (Issy-les-Moulineaux - 21.03.1908).

A son 4ème vol, 10 minutes après le décollage, son Blériot s’écrase au sol. Il est tué sur le coup. Il avait 37 ans.

Delagrange-composition.jpg

Est-ce ce qui a provoqué une désaffection de cet aérodrome ? Ou plutôt son emplacement loin de tout (pour l’époque) ? Toujours est-il qu’il est délaissé. Mais pas pour longtemps ! Car le 4 octobre 1917 il est choisi comme site pour la construction de Radio-Lafayette (lire un autre article).

Aujourd’hui, un lotissement et de vastes champs occupent le terrain, au nord de l’autoroute Bordeaux-Bayonne. Vous repérerez facilement l’endroit en y voyant une grande antenne de télécommunication.

SL

Patrick BOYER, co-auteur avec madame Eliane KELLER d'un livre sur la Base de Cazaux, se basant sur les écrits de REBSOMEN, me signale que, de 1915 à 1917, les batiments de l'aérodrome ont servi d'usine de fabrication de grenades.


Réagir à cet article

Nom :

Ville :
Ecrire le résultat de 7 + 7 =


 pourquoi ps une photo des antennes?
 
CVG

 un projet de musée est en cours à Marcheprime pour perpétuer la mémoire de l'aérodrome et de la station TSF Lafayette
 
philippe

ALERTE EMAIL recevez en priorité les nouvelles histoires locales
Partager sur Google+ Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email