le « dispensaire Delage » de l’ordre du Saint Sauveur. Une villa arcachonnaise anonyme.

 - PAYS DE BUCH
 - BASSIN D'ARCACHON
PORTAIL RÉGIONAL
Histoires locales
Toutes les histoires locales
samedi 12 avril 2008

Il existait au 20ème siècle une maison typiquement arcachonnaise au numéro 21 du boulevard Chanzy à Arcachon (quartier de l’Aiguillon). Elle appartenait aux époux DELAGE qui avaient un important domaine agricole à La Souterraine (département de la Creuse).

A La Souterraine se trouvait aussi la maison-mère de la congrégation de l’ordre du Saint Sauveur, des religieuses à vocation hospitalière. Monsieur et Madame DELAGE, jugeant sans doute que l’Aiguillon avait besoin d’un secours médical, mirent leur villa à la disposition de 5 de ces religieuses. Ainsi fut créé le « dispensaire Delage ».

Ces religieuses soignaient sur place et aussi à domicile. On les rencontrait dans Arcachon en toutes saisons, toujours à pieds et quel que soit le temps, leur sacoche de soins à la main. L’une d’entre elles, « Mère Sainte Adolphe », d’origine flamande et « forte femme » (à tous points de vue …), a laissé dans la mémoire de Germaine T. (qui en a été témoin) cette anecdote : 2 marins se battaient devant l’épicerie buvette de CANCALON au coin du boulevard Chanzy et de la rue Coste, l’un muni d’un couteau et l’autre se défendant avec ses « esclops » (sabots de bois). Le sang commençait à couler. Mère Sainte Adolphe s’est interposée « en les engueulant en des termes où la casuistique n'a rien à voir » ! Puis elle les a traînés, quasiment « manu militari », jusqu’au dispensaire pour les soigner.

Le dispensaire est devenu ensuite le siège des « Bérets Blancs » de la paroisse Saint Ferdinand, un patronage pour fillettes et adolescentes.

(d’après Jean Jacques CAZOBON)

La maison a plus tard été mise aux enchères, achetée par le notaire arcachonnais Maître L. et louée à la famille R. qui a ensuite acheté une maison à proximité, rue Coste. Le « dispensaire Delage » a été laissé à l’abandon. En voici des photos (prises par moi-même) en 1975 :

facade-sud.jpg

facade-nord.jpg

C'était au temps où il n'y avait qu'un seul (mais déjà un !) immeuble en front de mer de l'Aiguillon :

Aiguillon-1975.jpg

Peu de temps après elle a été achetée par un promoteur qui l’a rasée pour y construire la résidence « grand large » (je vous fais grâce des images …). A la demande des habitants du quartier, il s’est engagé à conserver la statue qui trônait au milieu du jardin.

statue.jpg

Il l’a fait. Elle a été déposée contre le mur de la résidence et mise en valeur. Puis, une nuit, elle s'est "envolée" ! ...

Xavier HESSEL


Réagir à cet article

Nom :

Ville :
Ecrire le résultat de 1 + 1 =


 je doit vivre loin de "mon Bassin",et chaque fois que je peut revenir,de belles maisons anciennes qui faisaient notre fierté,disparaissent au profit d'immeubles a touristes,il en faut je sais,mais pourquoi les élus ne protègent-ils pas notre patrimoine?Le Bassin ne doit pas devenir comme la cote d'azur,sauvez notre qualité de vie,nos cotes doivent rester celles qui font notre richesse.A cause des promoteurs qui font flamber les prix,je suis obligée de vivre loin des miens,et du Bassin,mon fils grandit sans vraiment connaitre ses racines.. Merci à vous qui gardez la mémoire de notre belle région. Josyane Lamy
 
lamy feurs

 Je suis une "touriste" et déplore tous ces HLM issus du bétonage des côtes. Nous avons découvert Arcachon l'été dernier...la Ville d'Hiver est superbe....mais le front de mer...quelle déception ! Nous avions en tête des images, et même si nous savions qu'il ne faut pas rêver...quelle déception ! Il faut dire que nous sommes Bretons, donc sensibles à toutes ces destructions...
 
Walter Andel

 si j aime le bassin d Arcachon , c est pour ses paysages et son architecture , il est vrai que lorsque j y reviens des maisons disparaissent !!!!l avenir , c est de préserver le passé et son histoire !
 
zambotti reims

ALERTE EMAIL recevez en priorité les nouvelles histoires locales
Partager sur Google+ Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email